Télétravail : quels outils pour travailler efficacement ?

Si le télétravail était considéré comme destiné à des catégories spécifiques d’individus comme les parents (57% des télétravailleurs), les cadres (51%) ou les salariés de grosses entreprises (49%), on remarque que depuis le début de la crise sanitaire, nombreux sont ceux qui l’ont adopté. L’année dernière, 3% de la population active française avait essayé le télétravail à intervalle occasionnelle ou régulière. Pendant le confinement, on considère que 20% des actifs l’ont essayé. Depuis le 11 mai, certains continuent le télétravail tandis que d’autres préfèrent retourner au bureau. Si une agence digitale travaille facilement en télétravail, est-ce adapté aux secteurs plus traditionnels ? Mais quels sont les avantages et les inconvénients de cette technique apparue pour la première fois aux Etats-Unis dans les années 1950 ? Quels outils adopter pour travailler dans de bonnes conditions chez soi ?

Tout d’abord, télétravail ne signifie pas forcément travailler à son domicile. Et pour preuve, 92% d’entre eux travaillent chez eux alors que les autres le font dans des bureaux mis à disposition par l’entreprise ou dans des espaces de coworking. Souvent appréhendé par les employeurs puisqu’un tiers d’entre eux n’y étaient pas favorables avant la crise, le télétravail s’est vite montré indispensable. En effet, 9 employeurs sur 10 l’ont mis en place lorsque cela était possible.

Les règles établies autour du télétravail restent floues dans l’hexagone. Un salarié peut par exemple refuser de travailler avec son ordinateur personnel. L’entreprise doit alors lui en fournir un. Pourtant, en ce qui concerne la connexion internet, l’encre ou encore le papier, des désaccords persistent entre jurisprudence, loi et annonces du ministère du travail. La question de la protection des données pose aussi problème.

L’entreprise doit à terme élaborer une charte informatique. On estime que 70% des télétravailleurs (occasionnels et réguliers) n’ont pas les conditions clairement énoncées dans leur contrat de travail. Cela signifie que seulement 3 télétravailleurs sur 10 le sont officiellement. Enfin, le télétravail n’est que très rarement permanent puisque pour les individus se déclarant en télétravail, cela ne représente en moyenne qu’une semaine par mois.

Une autonomie accrue et un gain de productivité

Le télétravail est un gain de temps et de flexibilité. Un salarié qui travaille chez lui passe moins de temps dans les transports, ce qui augmente potentiellement son temps réel de travail. Il peut aussi gérer son temps comme il le souhaite. De ceci en découle une fatigue moins importante. On va donc constater une hausse de la concentration mais aussi de la motivation.

Pour les salariés qui travaillent chez eux, évoluer dans un environnement qu’ils connaissent peut manifester un sentiment d’épanouissement. Ils ont la possibilité de concilier vie privée et vie professionnelle mais aussi de profiter d’un cadre de travail plus calme. Le télétravail permet aussi dans certains cas d’être plus créatif et d’avoir plus de responsabilité.

De plus, on estime la charge de travail souvent plus importante notamment due au gain de temps journalier de la part des salariés. De manière générale, le télétravail est bien perçu par ceux qui en bénéficient. Trois télétravailleurs sur quatre sont satisfaits ou très satisfaits du télétravail. Il permet aussi aux personnes en situation de handicap de travailler plus facilement à distance.

Au final, le télétravail permet donc de faire des économies financières non négligeables (transport, repas, garde d’enfants etc), d’améliorer la santé du travailleur (plus de temps pour faire du sport, meilleur sommeil, etc) et d’être plus productif sous certaines conditions.

Quels inconvénients ?

Le premier inconvénient souvent énoncé par les télétravailleurs est la difficulté de distinguer vie privée et vie professionnelle. En passant plus de temps chez soi, le sentiment de culpabilité apparaît plus que sur le lieu de travail. Un salarié peut avoir l’impression de ne pas en faire assez par rapport à ses collègues. Ceci peut favoriser le stress et les tensions au sein de l’effectif.

Ensuite, on constate une réactivité des collaborateurs impactée négativement. En effet, lorsqu’une question à priori simple prend quelques secondes en temps normal, elle peut prendre plusieurs minutes voire des heures en télétravail. Or, les réponses attendues sont parfois nécessaires pour l’avancement d’un dossier. De plus, il existe parfois des problèmes de confusion dans les échanges à distance, notamment lorsqu’il s’agit de sujet spécifique ou ambigu.

Certains collaborateurs peuvent aussi avoir des difficultés techniques. Ces difficultés proviennent le plus souvent d’un manque de formation, de logiciel… Les experts se mettent d’accord sur le fait qu’il est nécessaire d’avoir un espace prévu et adapté au télétravail. Or, seulement 60% des télétravailleurs estiment avoir un lieu consacré à ce dernier. Des risques physiques et psychologiques sont aussi à surveiller chez le télétravailleur à temps plein. L’isolement et l’inactivité sont nuisibles à la santé du salarié.

Enfin, les managers réticents au télétravail avancent souvent les mêmes arguments : respect de la vie privée, risques de sécurité informatique, contraintes administratives et difficulté dans la perspective d’évolution de carrière.

Les outils spécifiques au télétravail

Pour mettre en place un système de télétravail efficace, il est nécessaire de bien communiquer. Pour cela, des outils comme Google Hangouts, Teams ou encore Skype entreprise permettent d’échanger rapidement via un chat ou d’organiser des visioconférences. Mais d’autres outils plus spécifiques existent.

Slack par exemple est une plateforme de communication collaborative et de gestion de projet. Elle remplace la fonction de messagerie du mail en interne et permet un partage de dossier.

Monday.com est une plateforme consacrée à la gestion de projet. Elle permet d’attribuer des tâches aux membres de l’équipe et de voir l’avancement de chacun. L’inscription prend moins de deux minutes et les premiers tarifs sont abordables (17€).

Trello est un outil de gestion de projet en ligne. Personnalisable et disponible en 23 langues, il permet de classer les missions qui nous sont confiées. Nous pouvons y spécifier si la tâche en question est commencée ou non, terminée, sa date butoir etc. Il est possible de lier l’application mobile à son agenda personnel pour être sûr de ne rien manquer. Une version gratuite est disponible.

Enfin, Workplace by Facebook est la version professionnelle de Facebook. Le principal avantage est que la plateforme ressemble en tout point au réseau social américain et que sa prise en main est donc très rapide. Il possède une messagerie instantanée, un outil de gestion de projet, la possibilité d’organiser des évènements, créer des groupes, ou encore de partager des fichiers ou articles.

Chaque outil utilisé doit être spécifique et suffisamment complet pour que les collaborateurs puissent s’y retrouver efficacement. Ces outils répondent à différents besoin. Il est donc nécessaire de trouver la bonne combinaison afin de travailler à distance efficacement !

Agence marketing digital. Quel est le prix d’une prestation SEO, création site web ou social media ?

Qu’on l’appelle e-marketing ou marketing numérique, le marketing digital regroupe l’ensemble des méthodes et des pratiques marketing sur Internet au sens large, sites web, réseaux sociaux, et plus largement, tous les canaux numériques. Si vous n’avez pas les ressources internes pour gérer votre stratégie digitale, comment trouver la meilleure agence marketing digital, celle qui sera la plus adaptée à vos besoins, votre activité, votre objectif… mais aussi et surtout votre budget ?

Avant de partir à la recherche de la meilleure agence digitale pour votre entreprise, il est préférable d’identifier vos besoins en la matière. Faire un bref audit de votre société, son organisation, sa digitalisation. Bénéficiez-vous d’une visibilité digitale optimisée ? En gros, un client potentiel trouve-t-il facilement votre entreprise, votre produit, votre service sur le web, les réseaux sociaux…

Référencement, réseaux sociaux, e-commerce…

Site web ? Avez-vous un site internet optimisé on-page et off-page ? Disposez-vous d’une stratégie de référencement ou SEO (Seach Engine Optimization) sur des mots clés stratégiques, un suivi de votre positionnement, de vos concurrents ? Investissez-vous dans des campagnes de référencement payant ?

Social media ? Disposez-vous d’une communauté sur les réseaux sociaux ? Existez-vous sur Facebook, Instagram, LinkedIn, Twitter ? Comment les animez-vous ? Avec une stratégie de contenu ? Un calendrier éditorial ? Suivez-vous l’engagement de votre communauté ?

Commerce en ligne ? Vendez-vous déjà en ligne ? Envisagez-vous de le faire ? Comment pourriez-vous le mettre en place ? Cela nécessite-t-il beaucoup d’évolutions dans votre organisation ? Comment font vos concurrents ?

L’agence marketing digital adaptée à votre entreprise

Sans réponse à toutes ces questions ? Ne vous inquiétez pas, une agence marketing digital est faite pour ça. Une agence digitale réalisera un audit complet de votre digitalisation, de ses atouts mais aussi et surtout de ses faiblesses, en visant le potentiel d’amélioration de votre visibilité digitale, capable de booster votre business.

Pour se faire, il convient de calibrer vos besoins et le budget que vous souhaitez investir dans cette digitalisation. Votre entreprise est un groupe international ? Ses enjeux sont énormes, son implantation mondiale, son organisation complexe… tournez-vous vers une agence d’envergure, qui aura la capacité de vous accompagner à l’international et de réserver les ressources nécessaires à une stratégie ambitieuse.

PME ? Préférez une agence marketing digital à taille humaine

A l’inverse, vous êtes une entreprise familiale, un artisan, une start-up ? Vous travaillez localement ? Cherchez une agence marketing digital à taille humaine, qui saura s’adapter à des besoins spécifiques, un budget serré, et qui connaît souvent mieux le marché local, ses spécificités et ses contraintes.

Il s’agira ici d’un accompagnement personnalisé, avec une relation humaine et directe. Vous gagnerez du temps et de l’argent avec une petite agence digitale, qui comprendra mieux votre business et ses enjeux et pratiquera des prix plus mesurés.

Prix par jour : entre 200 et 600 €

Quel est le prix d’une agence webmarketing ? Difficile de répondre très précisément tant les tarifs diffèrent selon les agences et les prestations. A titre d’exemple, la création d’un site web peut être facturée de 500 € HT à plus de 50 000 € HT selon le site, son cahier des charges, ses enjeux, l’activité, les fonctionnalités, etc. et bien sûr l’agence sollicitée.

Et pour une prestation digitale ? Sans être très précis, il est possible de livrer quelques indices, avec une fourchette pour certaines missions digitales. Globalement, on peut considérer qu’un professionnel du marketing digital travaille généralement sur un coût journalier compris entre 200 € HT et 600 € HT même si de grosses différences existent entre des agences parisiennes souvent beaucoup plus chères, et les autres, des groupes internationaux et un freelance.

Référencement naturel ? Autour de 500 € par mois minimum

Le référencement naturel est un art difficile. Des milliards de pages web sont indexées chaque jour par Google. Ambitionner de positionner son site web en 1ère page des résultats de recherche est une gageure. Un bon référenceur est parfois capable de faire des miracles, et ses résultats pourront avoir des conséquences majeures pour votre business.

Alors, combien ça coûte de booster votre référencement naturel ? Evidemment cela dépendra du champ d’actions de votre stratégie SEO. Logiquement, il est nécessaire de travailler sur la durée pour bénéficier de résultats intéressants et durables. Il faudra compter généralement autour de 300 à 500 € HT pour une prestation basique de positionnement de votre site web sur 3 à 5 mots clés.

Animer votre compte Instagram ?

Et les réseaux sociaux ? Un community manager combien ça coûte ? Globalement, il faut environ prévoir un budget compris entre 200 et 1000 € par réseau social sur la base d’une dizaine de posts par mois. Mais ce tarif dépend évidemment du cahier des charges, de l’animation globale, du travail sur les posts, de la création nécessaire (déplacements, photos, reportages, etc.), des enjeux spécifiques, etc.